Lutter contre les déperditions énergétiques (3/3) : isolation thermique des portes et fenêtres

Lutter contre les déperditions énergétiques (3/3) : isolation thermique des portes et fenêtres
3.3 (65%) 4 votes

« L’énergie la moins chère est celle qu’on ne consomme pas ». Des portes et fenêtres mal isolées peuvent représenter jusqu’à 15 % de la déperdition thermique totale d’une habitation. Or, c’est l’isolation qui génère le plus d’économies dans le temps. Remplacer ses portes et fenêtres est donc un bon moyen d’économiser l’énergie.

Une bonne isolation thermique des parois vitrées nécessite :

  • une structure de menuiserie de qualité
  • un vitrage doté de performances thermiques minimales
  • une mise en oeuvre des menuiserie respectant les normes en matière de performances énergétiques
  • le cas échéant un système de protection extérieur complémentaire (volets)

Le coefficient de transmission thermique U

Le coefficient thermique U est l’unité de mesure de l’isolation thermique en bâtiment. Les valeurs utilisées en menuiserie sont :

  • Le coefficient de transmission thermique du vitrage Ug qui représente la capacité du vitrage à transférer la chaleur. Plus il sera bas et meilleure sera l’isolation. Le maximum réglementaire est fixé à Ug = 2 W/m2.K.
  • Le coefficient de transmission thermique global de la fenêtre Uw qui indique la capacité de la fenêtre entière à transférer la chaleur (taille de la fenêtre, isolation du vitrage, isolation du cadre de menuiserie alu, bois, PVC). Plus le coefficient Uw est petit, plus la fenêtre est isolante. Le maximum réglementaire pour la transmission thermique globale est fixé à Uw = 2,3 W/m2.K (plébisciter un Uw ≤ à 1,6 pour le bois, 1, 4 pour le PVC, 1,8 pour l’alu).

Les structures de menuiserie isolantes

De nos jours, le choix des matériaux pour les menuiseries (PVC, bois ou Alu) est moins déterminant qu’autrefois. En particulier, les menuiseries Alu ont longtemps été dépréciées car le métal est un très bon conducteur thermique (froid et chaud). Aujourd’hui, les fenêtres en aluminium sont devenues très performantes grâce à des systèmes de rupture de pont thermique.

En cas de situation géographique soumise à des températures extrêmes, vous privilégierez le bois ou le mixte alu/bois. Sinon tous les matériaux de menuiserie existants (PVC, Bois, Alu) sont de nos jours très performants, si peu que vous choisissiez la qualité.

  • les menuiseries PVC sont les plus isolantes grâce à leurs chambres étanches qui renferment de l’air immobile,
  • les menuiseries bois sont naturellement isolantes
  • les menuiseries aluminium sont intègrent désormais des rupture de ponts thermiques.

Le choix des vitrages

Il existe différents types de vitrages dans lesquels investir pour une meilleure isolation de vos fenêtres. En fonction de votre budget, de votre situation géographique ou du type de menuiseries, le vitrage que vous choisirez sera forcément l’un de ceux-ci.

Le double vitrage

Comme son nom l’indique, le double vitrage est constitué de deux feuilles de verre entre lesquelles une lame d’air est emprisonnée.

Ce procédé permet de réduire l’effet de paroi froide, diminue les condensations et les déperditions thermiques par les fenêtres. C’est le minimum en termes d’isolation qu’il est conseillé de posséder de nos jours : le simple vitrage est à proscrire.

Le double vitrage faiblement émissif renforcé à lame d’argon

Une fine couche peu émissive est déposée sur l’une des faces interne du double vitrage. Elle contribue à lutter contre les fuites de chaleur de l’intérieur vers l’extérieur. Le double vitrage est alors dit « faiblement émissif« .

Lorsqu’on remplace en plus la lame d’air du double vitrage par une lame d’argon (gaz inerte, incolore et inodore), ce dernier est alors plus performant qu’un double vitrage classique. On parle alors de « double vitrage faiblement émissif renforcé à lame d’argon« .

Le double vitrage à isolation renforcée peut permettre des économies de chauffage allant jusqu’à 10 %. Son pouvoir isolant est deux à trois fois supérieur à celui d’un double vitrage ordinaire. Les conditions de confort se trouvent, elles aussi, améliorées car ce vitrage réduit encore plus l’effet de paroi froide.

Le triple vitrage

Le triple vitrage est composé de trois feuilles de verre qui emprisonnent deux lames d’argon ou de krypton. Les vitrages extérieurs sont traités pour être de faible émissivité.

Le coefficient de transmission thermique, très bon, est de l’ordre de 0.6 à 0.8 W/m².K contre 1.1 à 1.2 W/m².K pour les doubles vitrages à isolation renforcée.

Toutefois, il est à noter que le coefficient de transmission lumineuse est modifié. Il peut être moins bon que celui d’un double vitrage.

Rénover ses fenêtres en respectant les normes d’isolation

Changer sa fenêtre en conservant le dormant existant

Cette solution est rapide, cependant elle nécessite que le dormant de l’ancienne fenêtre soit en bon état. La technique consiste en la pose d’une nouvelle fenêtre complète en PVC, Alu ou bois directement par dessus l’ancien dormant. L’inconvénient de cette solution est qu’elle réduit la taille de la vitre et donc la luminosité de la pièce. De plus elle permet mal de gérer la performance thermique.

Remplacer totalement sa fenêtre

Lorsque la fenêtre existante est en mauvais état il est préférable de changer l’ensemble de la menuiserie. Cette solution est beaucoup plus performante : elle apporte une isolation thermique et acoustique supérieure, sans modifier la luminosité. Cela implique toutefois de lourds travaux (démolition, réfection du gros oeuvre, finitions…).

 

Ajouter une double fenêtre

Pour mettre en oeuvre une double fenêtre, l’architecture du bâtiment et des pièces doivent pouvoir le permettre. En effet, cette technique consiste à ajouter à la fenêtre existante une deuxième fenêtre, posée à l’extérieur ou à l’intérieur. 12 cm sont nécessaires entre les deux fenêtres et des entrées d’air doivent être mises en place dans les deux fenêtres pour assurer une bonne ventilation du logement.

Les volets et protections extérieures

A ne pas négliger, les volets tiennent un rôle important dans l’isolation thermique de votre habitation.

Selon les saisons, les volets et les protections extérieures adoptent des rôles différents. En été, ils contribuent à la gestion des apports de chaleur par le soleil. Tandis qu’en hiver, la nuit, lorsqu’ils sont entièrement fermés, ils limitent les déperditions thermiques.

Bonnes pratiques

Dans le cadre de la rénovation de votre isolation, vous devez veiller à une parfaite étanchéité de l’enveloppe de votre habitation et à une ventilation constante. Le choix de vos menuiseries ne doit pas déroger à la règle. Si votre habitation ne possède pas d’entrée d’air au niveau des murs, il faut alors les intégrer dans vos menuiseries.

Comment identifier des menuiseries de qualité ?

Pour reconnaître des menuiseries de qualité et identifier leurs performances, des certifications et classement existent :

  • La certification Acotherm garantit les performances thermiques et acoustiques des blocs baies et des menuiseries des fenêtres. Les performances d’isolation thermique sont notées de Th5 à Th11. Plus Th est élevé, meilleures sont les performances isolantes.
  • Le classement A*E*V* pour les menuiseries extérieures indique des niveaux de performances par rapport à la perméabilité à l’air (A1 à A4), l’étanchéité à l’eau (E) et la résistance au vent (V). Pour une étanchéité à l’air très efficace, privilégiez la classe A4.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

5 + 6 =


A suivre
A suivre
3 Partages
Partagez3
+1
Tweetez
Enregistrer