Nettoyer et entretenir sa VMC : quelles obligations pour l’occupant ?

Nettoyer et entretenir sa VMC : quelles obligations pour l’occupant ?
3.5 (70%) 2 votes

30Votre logement, neuf ou ancien, est équipé d’une VMC afin de garantir la pureté de l’air intérieur par le renouvellement permanent de celui-ci. Afin de garantir le bon fonctionnement permanent de votre installation, il est nécessaire de vérifier régulièrement les éléments qui le constituent et d’en assurer l’entretien.

Quelles obligations s’imposent réellement à vous quant à la maintenance de votre VMC ? On vous dit tout sur l’entretien et le nettoyage des VMC en quelques lignes, suivez le guide !

 

Pourquoi nettoyer sa VMC ?

Une VMC, quel que soit son type (voir les différents types de VMC), fonctionne de manière quasi permanente. Son fonctionnement de base étant l’aspiration et l’expulsion de l’air intérieur de l’habitation afin de le renouveler, les particules et poussières s’accumulent aux bouches d’entrée et de sortie d’air, et ce dans toutes les pièces où elles sont installées.

Ainsi, quand les entrées/sorties d’air sont trop encrassées, la VMC se comporte comme un aspirateur dont le sac est plein. La sollicitation alors accrue du moteur de la VMC conduit aux désagréments suivants :

  • un vieillissement prématuré du moteur qui entraîne des pannes plus fréquentes, voire la mort du moteur
  • la surchauffe du moteur peut déclencher un incendie
  • la perte d’aspiration malgré la surconsommation du moteur : d’une part, la VMC ne remplit plus son rôle de renouvellement de l’air correctement, mais elle augmente votre facture d’électricité

 

Obligations légales d’entretien d’une VMC

A ce jour, aucune obligation d’entretenir sa VMC n’existe en France. Cependant en habitat collectif, l’entretien de la VMC est à la charge de l’occupant. Ainsi, si vous êtes propriétaire ou locataire d’un appartement, il vous incombe de veiller à la bonne circulation de l’air dans votre logement, de son entrée à sa sortie. En d’autres termes, vous êtes responsable de l’entretien régulier des bouches d’aspiration et d’expulsion.

Au-delà des entrées/sorties d’air, l’entretien de la VMC relève de la copropriété. C’est dans le cadre du contrôle de la sécurité incendie, une inspection obligatoire annuelle, que le système de ventilation est contrôlé afin de s’assurer de son bon fonctionnement (article 101 de l’arrêté du 31.1. 86, JO du 5.3). A l’issue de ce contrôle, le professionnel qui l’a réalisé préconise ou non une intervention de maintenance.

En habitat individuel, vous n’êtes soumis à aucune obligation légale. Cependant, pour votre bien être et votre sécurité, un entretien régulier des bouches d’aspiration est conseillé.

 

Quand et comment nettoyer sa VMC ?

Pour permettre à votre équipement de durer dans le temps et que l’air ambiant de votre habitation reste sain, misez au minimum sur un entretien annuel. L’idéal est de réaliser le nettoyage des bouches de votre VMC à la sortie de l’hiver, période d’usage intensif de la VMC et donc d’encrassage accéléré.

Avant toute intervention, coupez l’alimentation de votre VMC pour éviter un risque électrique ou qu’elle aspire la poussière que vous allez soulever.

Procédez au nettoyage des bouches d’aération ou d’extraction intérieures en suivant les étapes suivantes :

  • Inspectez toutes vos pièces afin de repérer les grilles d’aérations qui se trouvent généralement situées au plafond ou sur le pan d’un mur proche d’une fenêtre.
  • Démontez précautionneusement chaque bouche en veillant à conserver les accessoires pour chacune d’elle lorsqu’il y en a.
  • A l’aide d’une éponge et d’eau savonneuse, dégraissez chaque grille et laissez-les sécher. Attention, si la bouche d’aspiration est hygroréglable, veillez à ne pas endommager le capteur d’humidité par un choc ou une immersion dans l’eau.
  • Balayez et aspirez ensuite les poussières accumulées à l’entrée de chacune des bouches d’aspirations. Procédez à la manœuvre en veillant à votre sécurité, le travail se faisant généralement en hauteur et l’aspirateur devant être soulevé.
  • Refixez les grilles d’aérations séchées.
  • Remettez en marche votre VMC.

Lors de cet entretien annuel, vous pouvez envisager le changement du filtre d’aération du bloc d’aspiration de votre VMC. Notez que si vous possédez une VMC double flux, l’échangeur doit être nettoyé tous les 5 ans par un installeur agréé.

Pour finir, vous pouvez aussi nettoyer de la même manière le conduit extérieur de votre VMC, mais cette opération est plutôt réservée aux professionnels pour des raisons de sécurité.

Pour garder un air sain toute l’année, vous pouvez décider de procéder à un entretien de routine de votre VMC tous les trimestres en nettoyant les bouches d’aspiration sans les démonter et en aspirant les filtres d’aération.

Il est fortement conseillé de confier l’entretien de sa VMC à un professionnel tous les 2 à 5 ans. Outre le nettoyage des bouches et la vérification des entrées d’air et des autres composants, la prestation inclus le contrôle du caisson d’aspiration ainsi que des gaines dans leur globalité. A noter que pour les VMC à gaz, cet entretien par un spécialiste est obligatoire .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A suivre
A suivre
0 Partages
Partagez
+1
Tweetez
Enregistrer