Scellement chimique

Le scellement chimique est utilisé pour fixer des objets lourds, lorsque les fixations mécaniques traditionnelles ne suffisent pas (chevilles, pitons). On retrouve son utilisation dans des domaines aussi différents que la menuiserie ou la plomberie : pose de volets, portails, stores banne, ballons d’eau chaude, grands écrans muraux, parabolles. 

Fonctionnement du scellement chimique

Le scellement chimique consiste à ancrer une tige filetée dans un matériau en injectant une résine bicomposante à durcissement rapide. La fixation définitive se fait dans la foulée.

Selon que le matériau support est plein (brique, béton) ou creux (brique creuse, parpaing), la résine peut être différente. Il existe cependant des résines universelles qui s’adaptent à tous les supports.

Les étapes de mise en oeuvre du scellement chimique sont sensiblement identiques entre les matériaux creux et pleins. C’est au moment du perçage qu’il faut adapter la méthode selon le support : en effet, pour une fixation dans un matériau creux, un tamis sera utilisé alors que pour un matériau plein non.

Eléments nécessaires au scellement chimique

Souvent vendus en kit, ces éléments sont aussi vendus séparément :

  • Résine bicomposante (en cartouche) : nécessite un pistolet poussoir pour la mise en oeuvre
  • Canules ou embouts mélangeurs à fixer sur la cartouche
  • Tamis (pour les matériaux creux)
  • Tiges filetées et écrous de serrage

En terme d’outillage, une perceuse visseuse à percussion, une soufflette et un goupillon ou une brosse métallique sont suffisants.

Percer le mur

Repérer précisément les emplacements des fixations. En fonction du support, choisir le foret adapté au matériau. Le diamètre de perçage est aussi définit par le matériau support :

  • matériau creux : le diamètre du foret doit être celui du tamis
  • matériau plein : le diamètre du foret est celui de la tige filetée +2mm

La profondeur des perçages doit faire environ 10mm de plus que la longueur de la tige filetée.

Pour finir, bien dépoussiérer les perçages réalisés. Il est préférable d’utiliser une soufflette et un goupillon (parfois fournis avec les kits de scellement chimique) pour un résultat optimal et une meilleure accroche de la résine.

Mettre en oeuvre le scellement

Préparer le produit au préalable. Il est fréquemment préconisé d’extruder « à perte » quelques centimètres de produit pour homogénéiser le mélange des composants.

Injecter la résine dans les trous de perçage (ou les tamis) en commençant par le fond. Selon les fabricants, remplir le trou (tamis) aux deux tiers ou entièrement.

Insérer immédiatement la tige filetée dans l’axe, en la faisant tourner. Selon les temps de manipulation et de prise de la résine, il est possible de rectifier la position de la tige pendant quelques minutes.

Attendre le séchage et la prise définitive avant fixation de la charge.  Ce temps de séchage varie en fonction de la température de travail : à titre d’exemple, à 5°C, le temps de séchage est d’environ 50 min et à 35°C il n’est plus que de 10min.

Les étapes de mise en oeuvre d’un scellement chimique sont sensiblement identiques entre fabricants. Cependant, il est important de toujours se référer à la notice fournie pour connaître les détails de perçage/remplissage et les temps de séchage/prise ou mise sous charge.

Quels objets fixer avec un scellement chimique ?

Grâce au scellement chimique, des objets très lourds ou soumis à de fortes contraintes peuvent ainsi être fixés :

  • stores banne : entre 30Kg et 80Kg en moyenne, soumis à de nombreuses manipulations et à la résistance au vent
  • ballon d’eau chaude : environ 200Kg pour un ballon de 200l
  • volets : environ 35Kg, soumis à de nombreuses manipulations et à la résistance au vent
  • portail : environ 80Kg, soumis à de nombreuses manipulations et à la résistance au vent
  • grand écran 100cm : entre 10 et 20Kg

Le diamètre des tiges filetées est choisi en fonction du poids de l’objet à suspendre et de la résistance maximale supportée par chacune des tiges. Il faut donc se renseigner au préalable sur la résistance des tiges disponibles en commerce, et connaître le poids de l’objet à fixer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

4 + 7 =