Exclusif – La marketplace MesMateriaux.com lève 2,75 millions d’euros

« Nous voulons atteindre le break-even, le seuil de rentabilité » explique Yohan Pinto, le fondateur de MesMateriaux.com. La marketplace est spécialisée dans les matériaux de construction pour particuliers, et vient de lever 2,75 millions d’euros auprès de CapHorn Invest, son investisseur historique, Entrepreneur Venture, le fonds IDEE et de plusieurs investisseurs privés.

« Une marketplace ouverte et neutre »

« Nous avons beaucoup de frais de recherche et développement, nous voulons donc renforcer nos fonds propres pour atteindre un stade de capital développement d’ici à deux ans et consolider notre technologie big data. Nous brassons des millions de lignes auprès de 1 400 marchands qui disposent chacun de milliers de références produits, le tout avec catalogue 100% géolocalisé ». L’entrepreneur utilise ces données avec une solution développée en interne pour présenter à sa clientèle des offres appropriées et lui proposer « le bon produit, au bon moment en fonction des comportements d’achat individuels ».

Dans ce marché où il est concurrencé, pour les petits matériaux, par des places de marchés spécialisées dans le bricolage et, pour les produits plus lourds, par Gedimat ou Chausson Matériaux – des acteurs plus traditionnels convertis à l’e-commerce – M. Pinto compte sur le caractère ouvert de sa plate-forme et revendique rendre accessible aux particuliers des produits auxquels ils n’avaient pas accès auparavant ou par les circuits classiques de distribution. La société affirme compter 25 000 produits dans sa base de données, auprès de plus de 1300 négoces partenaires. « Nous sommes une marketplace où les fabricants et les marchands viennent eux-même déposer leurs offres. Neutres, nous voulons couvrir le plus de marques possible et proposons des tarifs 10% à 15% moins chers, en moyenne, que ceux pratiqués par les négociants ».

L’Europe en ligne de mire

Et le marché français aurait encore une marge de progression importante se réjouit-il. « Aux Etats-Unis, la pénétration web du secteur des matériaux est de 3,5% contre 1% seulement en France. La démocratisation de l’environnement, le travail d’évangélisation et de défrichage sont longs et chers. Mais c’est un investissement, car nous prenons de l’avance ».

Fondée en 2009 par Yohan Pinto, Julie Haussard et Mathieu Brulon, la start-up, basée au Mans, avait déjà levé 1,25 million d’euros en 2012 auprès de CapHorn Invest. « Aujourd’hui, nous comptons 23 collaborateurs, dont une dizaine sur le développement. Nous réfléchissons à l’Europe, en particulier à la Belgique, au Luxembourg, l’Angleterre ou l’Italie, où les habitudes de consommation sont assez proches des nôtres » explique le président. Pour y parvenir, il espère lever de nouveau plus de 10 millions d’euros et vise un chiffre d’affaires de 60 millions d’euros d’ici à quatre ans, contre 1,55 millions d’euros en 2012.

Auteur : Olivier Harmant
Date : 11 juin 2014

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

7 + 1 =